Je vais vous proposer à partir d’aujourd’hui quelques articles traduits des fameux livres d’Harrington.
Ces ouvrages, consacrés au poker no limit de tournoi, sont condidérés à juste titre, comme la bible des joueurs de poker de tournoi.
Je débute cette série non pas par le premier chapitre de son premier livre, mais par celui que j’étais justement entrain de bouquiner quand l’idée de publication m’est venue à l’esprit…
Les autres articles viendront dans l’ordre et avec le temps si la demande se fait sentir…
En espérant vous voir prendre plaisir à lire cet article.

Cliquez ici pour obtenir une image de la table en plein écran

Situation : Table finale du tournoi de Borgata 2004 (WPT). Votre partenaire de jeu est Josh Arieh. Arieh est un courageux attaquant et l’un des brillants jeunes talents du monde du poker.

Votre main : 5h 5c

Action avant vous : David Williams et Brandon Moran se couchent. Daniel Negreanu, au bouton, relance à 60,000$. Le pot s’élève maintenant à 111,000$.

Question 25A : Que faites-vous ?

  1. Vous vous couchez
  2. Vous suivez et ajoutez les 48,000$ manquants.
  3. Vous sur-relancez à 200,000$

Voir la suite »

Action : Vous vous décidez pour suivre les 60,000$ et ajoutez 48,000$ manquants. Chris Tsiprallidis se couche. Le pot s’élève maintenant à 159,000$.

Flop :

Question 25B : Que faites-vous ?

  1. Vous checkez
  2. Vous misez 80,000$
  3. Vous misez 120,000$

Voir la suite »

Action : Vous checkez. Daniel Negreanu mise 120,000$. Le pot s’élève maintenant à 279,000$.

Question 25C : Que faites-vous ?

  1. Vous checkez
  2. Vous suivez les 120,000$
  3. Vous relancez à 240,000$

Voir la suite »

Action : En fait, vous suivez les 120,000$. Le pot se chiffre maintenant à 399,000$.

Turn :

Question 25D : Que faites-vous ?

  1. Vous checkez
  2. Vous misez 100,000$
  3. Vous misez 230,000$

Voir la suite »

Action : Vous vous décidez pour relancer à 230,000$. Daniel Negreanu suit. Le pot se chiffre maintenant à 859,000$.

River :

Question 25E : Que faites-vous ?

  1. Vous checkez
  2. Vous misez 400,000$

Voir la suite »

Action : Vous checkez. Daniel Negreanu mise 360,000$. Le pot s’élève maintenant à 1,219,000$.

Question 25D : Que faites-vous ?

  1. Vous vous couchez
  2. Vous suivez les 360,000$
  3. Vous relancez all-in

Voir la suite »

Action : En fait, vous vous couchez.

Solution détaillée du problème 25

Voir la solution complète »

Question 25A : Même en short-handed, une petite paire “out of position” reste une main traîte et difficile à jouer. Pre-flop, il y a de fortes chances pour qu’elle soit la meilleure main. Post-flop, cette main s’analyse selon un certain nombre de cas. En voici les plus importants :

  • Vous touchez votre set. Evidemment le meilleur cas possible, et vous méritez de gagner un gros pot si votre adversaire a quelque chose entre les mains. Malheureusement, cette situation n’arrive qu’une fois sur huit.
  • Le board affiche une carte supérieure et deux cartes inférieures. Il s’agit de la seconde situation la plus favorable. Il est probable que votre adversaire soit passé à côté du flop, et si ses deux cartes sont deux cartes hautes, vous avez encore la meilleure main. Mais à ce moment, vous avez à miser pour obtenir l’information.
  • Le board montre une paire, et une carte supérieure. C’est la troisième situation la plus favorable. Si votre adversaire joue avec deux cartes plus hautes que le niveau de votre paire, il y a des chances qu’il n’ait pas touché le flop. Comme dans le cas précédent, vous avez à misez pour obtenir l’information.
  • Le board montre deux cartes supérieures et une carte inférieure. Vous avez probablement encore l’avantage face à deux cartes supérieures, mais vous êtes maintenant beaucoup moins à l’aise.
  • Le board montre 3 cartes supérieures. Le pire des cas. Si les cartes ont toutes une valeur élevées/moyenne (des flops du genre As-Queen-Jack ou Jack-10-8), vous êtes très certainement battus et ne devriez pas suivre un bet.

Les autres cas, comme flopper trois cartes identiques ou encore trois cartes inférieures, sont tellement rares que vous n’avez même pas besoin de les envisager quand vous jouez une petite paire, même ces cas vous sont favorables.Quand vous touchez une petite paire “out of position”, vous avez besoin, à un moment donné, de faire un “move” au pot. A moins de flopper votre set, la valeur de votre main se détériorera au fut et à mesure de votre avancée dans cette main, car la chance que quelqu’un touche une carte qui vous batte augmente progressivement. Mais plus tôt vous faites ce move, et moins d’information vous parviendrez à glâner sur vos adversaires. D’où la difficulté de jouer une petite paire “out of position”, surtout pour les joueurs post-flop (smallball). Votre meilleure chance d’avoir la main la plus forte se situe pre-flop, mais c’est en même temps le moment où vous avez le moins d’informations sur vos adversaires.

Ici vous touchez une petite paire, les

5h 5c

en étant petite blind, et Negreanu, un joueur agressif, a relancé au bouton. En soit, cela ne veut pas dire grand chose, et votre petite paire est peut-être la meilleure main à ce moment.

Marquez 3 points pour le choix C, sur-relancer à 200,000$. Out of position, c’est sans doute le “moins mauvais” choix. L’idée est de remporter la main dès à présent, profitant d’une position pour l’instant relativement forte. Si vous remportez le pot, tant mieux. Si vous êtes sur-relancé, jetez votre main. Si vous êtes juste suivi, ré-évaluez la situation une fois le flop tombé, mais vous en avez probablement terminé avec cette main, à moins d’une bonne surprise au flop.

Marquez 2 points pour le choix B, suivre la relance adverse. La plupart des pros opteraient pour cette solution, qui est la méthode habituelle de jouer cette main en smallball (jeu après flop). Vous ne vous êtes pas trop impliqué pre-flop avec une main faible. Alors que cette façon de jouer semble la plus prudente, elle comporte elle aussi de nombreux risques, comme nous allons le voir.

Ne marquez rien pour le choix A, se coucher. Vous avez une paire, et seuls cinq adversaires encore en jeu, aussi vous devez-vous de jouer d’une manière ou d’une autre.

Vous vous décidez pour suivre. Chris T à la big blind se couche. Le pot s’élève à 159,000$.

Le flop tombe

Question 25B : Comme nous l’avons expliqué dans la dernière partie, c’est un assez bon flop pour vous. Vous ne pouvez en être certain bien sur, car Daniel Negreanu est tout à fait capable de miser au bouton avez presque rien en main. Mais ce type de flop est généralement favorable à la petite paire.

Que faire maintenant ? Vous avez deux choix, checker ou miser. Etudions un peu chacune de ces deux solutions.

  • Si vous checkez, Daniel misera pratiquement à coup sûr, qu’il ait touché ou non son flop. Comme il est possible qu’il n’ait rien, et que vous êtes en ce qui vous concerne certain d’avoir quelque chose, vous suivrez, à moins que la mise ne soit trop importante.
  • Si vous misez, Daniel peut se coucher, suivre, ou même relancer. S’il se couche, vous prenez le pot, et s’il relance, vous êtes probablement battu et pouvez jeter votre main. S’il se contente de suivre, vous vous retrouvez approximativement dans la même situation que celle où vous auriez checké, qu’il aurait misé et que vous auriez suivi.

Dans de telles circonstances, miser reste clairement la meilleure solution. Vous pouvez gagner le pot immédiatement, ce qui n’est pas si mal. Si vous êtes relancé, vous vous serez ainsi assuré que vous êtes probablement battu. Jetez cette main et limitez vos pertes à ce seul bet. Même si vous êtes juste suivi, vous savez au moins que votre adversaire est determiné à vous suivre et ce malgré la force que vous affichez. Cela vous donne maintenant une meilleure idée de cette main que s’il avait miser après vous avoir vu checker.
Marquez 3 points pour le choix B, miser 80,000$. Marquez 1 point pour le choix C, miser 120,000$, ce qui s’avère être une mise un peu trop importante dans cette situation. N’importe que mise peut l’emporter si votre adversaire n’a rien, mais un call de sa part est un mauvais signe, vous n’avez pas besoin de dépenser plus de jetons que nécessaire. Aucun point pour le choix A, checker.
Vous checkez. Negreanu mise 120,000$. Le pot s’élève maintenant à 279,000$.

Question 25C : le pot vous offre une côte supérieure à 2 contre 1, et votre paire de 5 peut encore suffire à l’emporter. Vous êtes probablement battu, mais votre call avant le flop et votre check au flop a presque forcé un bet de Negreanu, et donc vous devez suivre. Marquez 2 points pour le choix B, suivre les 120,000$. Aucun point pour toute autre réponse.
Vous suivez, augmentant le pot à 399,000$. La turn tombe, le 8?.

Question 25D : Voilà une très mauvaise carte pour vous. Il y a maintenant des tirages à quintes et à couleur possibles au borad, sans compter la possibilité d’une quinte déjà faite. De plus, toute carte qui doublerait maintenant au board vous battrait, et n’importe que overpair vous bat.
Si une petite carte était tombée, disons un 4, un 3 ou un 2, j’aurais eu tendance à prendre l’initiative et j’aurais essayé de remporter le pot, en gardant en tête que si cela ne marche pas, j’en ai terminé avec cette main. Mais avec une carte dangereuse à la turn, j’aurais laissé tombé pour cette main et me serait contenté de checker, avec l’intention de me coucher sur n’importe quel bet de Negreanu. Peut-être que je coucherais alors la meilleure main ? Oui, c’est possible. Mais mon adversaire a misé avant et après le flop, le board devient dangereux, ma paire de cinq ne semble plus tenir, et mon adversaire mise encore. Je ne vais pas tenter le diable en faisant un move pour la moitié de mes jetons. Je préfère sortir de cette main, tranquillement.
Marquez 3 points pour le choix A, checker. Aucun point pour une quelconque mise.
Vous misez en fait 230,000$, et Negreanu vous suit. Le pot atteint désormais 859,000$. La rivière tombe, c’est le 9?.

Question 25E : Bien que vous ayez maintenant un full house entre les mains, full au neuf par les cinq, cela reste dans le contexte une bien faible main. Votre adversaire vous bat s’il possède le dernier neuf, un huit, un sept, ou toute paire supérieure à vos cinq. Passez en revue les relances de ce coup, il a relancé pré-flop (au bouton), il a misé au flop (après que vous ayez checké), et il a suivi votre mise importante à la turn. Les deux premières mises auraient pu être faites avec plusieurs duos de grosses cartes comme AK ou QT, juste à partir de l’hypothèse probable que vous n’ayez rien en main. C’est le fait qu’il ait suivi votre mise à la turn qui demeure le plus embarrassant.
Le meilleur des cas pour l’instant, serait qu’il ait AT, KT ou encore QT. Dans ce cas, il aurait misé pré-flop avec deux fortes cartes (tout à fait possible), puis au flop avec deux overcards (encore une fois raisonnable après votre check), et finalement aurait suivi votre mise à la turn avec en main un tirage quinte par les deux bouts et deux overcards. Il aurait pu alors pensé avoir environ 14 outs : tous les six, les valets, 3 dix, et 3 as. Dans ce cas, il aurait été derrière à 2,3 contre 1 pour pouvoir toucher sa main, mais les côtes du pot pour suivre à la turn étaient de 2,7 contre 1 : largement assez pour justifier un call, même sans compter les côtes implicites.
Mais il s’agit là du meilleur scénario. Afin de suivre à la river, vous avez à comparer les côtes de ce scénario avec celles des autres scénarios possibles où il miserait avec une main faite supérieure à la votre. Conclusion ? Vous êtes très probablement battu. Essayez de checker jusqu’au bout. Marquez 3 points pour le choix A, checker. Aucun point pour les autres réponses.
Vous checkez et Negreanu mise 360,000$.

Question 25F : Le bet de 360,000$ élève le pot à 1,219,000$. Vous avez maintenant une côte à presque 3,4 contre 1 pour payer. Voilà un « bon prix », mais votre adversaire a maintenant misé tout au long des quatre étapes de cette main. Laissez lui le pot. S’il a bluffé tout au long de cette main, félicitez le.
Marquez 3 points pour le choix A, se coucher. Aucun point pour avoir suivi ou relancé.
En fait vous vous couchez. Negreanu avait entre les mains Q?Q?, et misait pour valoriser tout au long de la main.

Laisser une réponse